Indonésie

Indonésie

Le plateau ijen, de nuit

Par paoetdelph
Le plateau ijen, de nuit

Ces Trippers ne rechignent pas à rester éveillé la nuit pour profiter de leur voyage. Immersion totale dans ce groupe de découverte au coeur des volcans d'Indonésie.                

Pas évident de retracer en quelques lignes ce que nous avons vécu aujourd’hui. Ce fut à la fois, la chose la plus belle, la plus grandiose et la plus effrayante que la Nature ne nous ait jamais offert.

               C’est à 1 heure du matin que nous arrivons au pied du Kawa Ijen après deux heures de voyage sur les routes sinueuses ralliant Bondowoso au plateau. Frontales, chaussures de rando, vestes chaudes, écharpes, quelques litres d’eau et nous sommes prêtes à commencer cette nouvelle randonnée de nuit.

              Le Kawah Ijen est un volcan situé dans l'est de l'île de Java ; son nom signifie « cratère Vert » en javanais. Il abrite un lac acide réputé pour être le plus acide de la planète (pH de de 0,2 !)


              La particularité du Kawah Ijen est sa grande production de soufre. L’eau du lac acide s’infiltre dans le volcan. En circulant, elle se réchauffe au contact du magma au point de se vaporiser, se charger en éléments minéraux pour enfin remonter vers la surface en formant des panaches jaunâtres de vapeur d'eau chargée en éléments minéraux.
              Sortant donc de terre à l'état gazeux, le soufre se refroidit et passe à l'état liquide avant de se cristalliser rapidement sous forme de minerai dont la couleur va du jaune canari à l'orangé3. Exploité par des habitants de la caldeira de l'Ijen, la production de ce minerai de soufre est optimisée avec la canalisation des vapeurs ce qui permet une cristallisation plus rapide et plus abondante. Ainsi, un système de tuyaux métalliques a été installé à la sortie des principales bouches.

              Depuis des décennies, les villageois extraient le soufre à coup de barre à mine sous la forme de blocs de plusieurs dizaines de kilogrammes chacun qu'ils installent dans des paniers. Ils redescendent à pied environ 70kg par trajet jusqu'à une usine dans la vallée. Ils font cet aller-retour 2 fois par jours pour 200 000 Rp (soit moins de 15€, ce qui reste un salaire journalier élevé en Indonésie).

              Ce métier n'est pas sans danger pour les mineurs car outre l'effort physique à fournir principalement représenté par la marche en altitude et le portage du minerai, la cohabitation durant des heures avec les émanations acides du lac et la vapeur de soufre est néfaste pour la santé : elles attaquent les muqueuses, les yeux, la peau, etc. L'espérance de vie des mineurs excède rarement 40 ans.

               Le chemin est bien plus escarpé que lors de l’ascension du Penanjakan, et la fatigue des jours précédents ne nous facilite pas la tâche.

               Au bout de quelques heures de marche et d’effort où nous croisons quelques rares touristes téméraires, nous arrivons en haut du plateau. Il fait nuit noire et l’odeur du souffre est pesante.

               Nous apercevons au loin les "blue fire" qui nous ont valu cette nuit blanche. Un panneau indique qu’il est interdit de descendre dans le cratère mais les ramasseurs de souffre servant de guides, proposent quand même la descente pour quelques milliers de roupies. Trop tentant. En effet il n’y a que deux endroits dans le monde où il est possible de les observer.  Nous choisissons un guide et commençons à marcher l’écharpe nous masquant le nez et la bouche.

               Plus nous nous enfonçons dans le cratère, plus les vapeurs deviennent importantes. Les yeux nous piquent mais cela reste supportable. Le guide, très charmant et très attentif ne cesse de nous montrer où poser les pieds pour descendre sans danger cette pente si verticale.

        Après une vingtaine de minutes, nous arrivons près des blue fire. C’est un instant magique, irréel. Comme si la pierre brûlait, se consommait d’elle même et s’envolait dans d’immenses flammes bleues, terrifiantes.

               Puis nous nous approchons un peu plus des canalisations d’où s’échappe la fumée. Le souffre chaud, sous forme gazeuse, s’échappe des entrailles du volcan. L’air est vraiment chargé en vapeurs toxiques à présent, mais nous goutons au quotidien des ramasseurs, récupérant comme si de rien était, les blocs de souffre s’extrayant du cratère et remplissant avec soin leur lourds paniers.

               Sans crier garde le vent se met à tourner et nous nous retrouvons totalement prises au piège dans un décor toxique. Les vapeurs nous entourent et nous asphyxient. Il est à présent impossible de respirer. Nos gorges, nos yeux brûlent à cause de l’acide chlorhydrique et nos écharpes ne servent plus à rien. Vague de panique pour tous les touristes présents à nos côtés. Le guide nous récupère toutes les trois par la main et nous entamons une course folle loin de ces canalisations. Entre rêves et cauchemars, à la limite de l’évanouissement, nous remontons assez pour attendre que le vent tourne de nouveau. Jamais, il me semble, nous  n’avons effectué l’ascension d’un chemin plus vite que sa descente!

               Arrivées en haut, le guide nous explique que c’est leur quotidien et cela arrive plusieurs fois par jours.  Munis de masques, ils ne remontent jamais et continuent leur lourde besogne. Pour nous ça a été suffisant. Après cette montée d’adrénaline, nous grimpons un peu plus au sommet pour admirer le lever du soleil car oui, il n’est que 5h du matin. Lorsque le rideau se lève, nous ne pouvons que rester muettes devant cette immensité. Le lac émeraude du cratère tranche avec les roches jaunes du souffre. Plus loin, les chaines de montagnes jouent avec les nuages et si on tourne encore un peu le regard sur ce panorama à 360° c’est le soleil se levant sur la mer qui s’offre à nous. Récompense et soulagement après une nuit chargée en émotion !

Commentez cet article

Carte du pays

Drapeau

Indonésie

Mises à jour des trippers




































































































Indonésie

J'ai également visité ce pays

Photos : Indonésie

ENTREZ dans la communauté Tripper Tips EN 3 ÉTAPES !